Étude sur la matière fibreuse en laine utilisée dans le tissage des revêtements du sol fait main

RÉPUBLIQUE TUNISIENNE

 

Ministère du Commerce et de l’Artisanat

  

CENTRE TECHNIQUE DE CRÉATION D’INNOVATION ET D’ENCADREMENT DU TAPIS ET DE TISSAGE

Partie 1 : DIAGNOSTIC

 

Cet article a reçu l’autorisation de publication sur le site laines.eu par M. Le Directeur Général Taoufik Médiouni du Centre Technique du Tapis et du Tissage de Tunis.

Dès 1959 l’Etat tunisien avait déjà compris la nécessité d’encadrer, de former le personnel technique puis de vulgariser le produit artisanal, le tapis et tissage ras étant une priorité absolue. Force est de constater, qu’après quatre décennies d’efforts continus et méritoires, les résultats restent en deçà des attentes. Notons par exemple que les programmes d’apprentissage et d’innovation n’ont pas abouti aux résultats escomptés. Toutefois la Tunisie a continué à produire d’excellents tapis et arrivé même à un record de production qui avoisine les 640.000 m2 de tapis (en 20 X 20 convertis) estampillés. Ce qui laisse penser avec certitude que la production totale dépasserait largement ce chiffre. A partir de l’année 1981, date de record enregistré, la production a entamé une baisse alors que le nombre de touristes, lui, progressait d’année en année. Il s’en est suivi plusieurs thèses pour expliquer la mévente et la baisse de la production sans que l’on sache avec exactitude les raisons de cette situation que chacun interprétait à sa manière. Les autorités compétentes, soucieuses de connaître les véritables raisons de cette situation et les goulots d’étranglement, ont lancé ces dernières années plusieurs études se rapportant aux du tapis et tissages ras à savoir « l’étude stratégique de l’artisanat à l’horizon 2016 » et « l’étude sur la commercialisation des produits de l’artisanat » réalisées pour le compte de l’Office National de l’Artisanat en 2000 et 2002 et « Etude sur la production des revêtements du sol fait main tapis et tissages à ras » réalisée pour le compte du CENTRE TECHNIQUE DE CRÉATION D’INNOVATION ET D’ENCADREMENT DU TAPIS ET DE TISSAGE en 2009/2010. Les tapis et tissage ras avaient de tout temps constitué le fleuron de l’artisanat tunisien, tout au moins jusqu ‘à la fin du dernier siècle ou plus précisément jusqu ‘aux années 90.

Toutefois, cette branche connaît depuis plus d’une décennie une régression très importante et continue, de la production aussi bien quantitative que qualitative.

En effet, la qualité du tapis fait main est fortement liée à la qualité de la laine qui constitue la matière première essentielle pour la fabrication de ce produit. Plusieurs facteurs sont déterminants quant à la qualité de cette matière, essentiellement, la race et l’âge du mouton, la saison où il fut tondu, les techniques et les outils de tonte, le climat et l’environnement immédiat de l’animal ainsi que les procédés de transformation.

En vue de ce qui précède, et suite aux recommandations proposées dans le plan d’action de l’étude sur la production des revêtements du sol fait main (Tapis et Tissages ras), notamment celle qui concerne l’amélioration de la qualité de la matière fibreuse une étude sur la matière fibreuse en laine s’impose en vue d’examiner les problématiques et de proposer des actions pertinentes.

Ainsi et à défaut d’une étude approfondie et complète concernant le la laine tunisienne et en particulier celle utilisée par les filateurs produisant des fils destinés au tissage à points noués et le tissage ras, il nous semble très important, voire nécessaire, avant d’aborder les problèmes de la laine tunisienne, de dresser rapidement la situation de la matière première utilisée dans le secteur du tapis et de tous les opérateurs qui « interfèrent » de près ou de loin dans le processus de production de la laine. De même, l’analyse des chiffres et la profondeur de l’information nous interpellent tous à mettre les moyens nécessaires pour que le tapis tunisien reprenne ses titres de noblesse.

L’article complet est visible dans le PDF ci-dessous.

etude-laine Tunisie