Le métier à tisser – Les battants, La Navette n°20, p 4 à 7

Le métier à tisser

Les battants

La dernière  pièce qu’il nous reste à voir, dans cette étude  complète que nous avons entreprise sur le métier à tisser, est le battant. Où plutôt les battants. Car sur les mé­tiers scandinaves dont s’inspire le modèle que nous vous avons pré­senté, il y a toujours deux battants, dès lors que l’on veut utiliser un lance-navette. En effet, les scandinaves ne conçoivent pas que l’on puisse tisser avec  une navette plate ou une navette glissante en se ser­vant d’un battant  à  chasse-navette . Et ils ont raison ! Les boites à navettes sont toujours gênantes lorsqu’on n’utilise pas la navette volante pour lesquelles elles sont destinées.

L’idéal est par conséquent de posséder deux battants interchan­geables. L’un sans boites à navettes, l’autre avec boites, pour le tissage à la navette volante.

L’article complet est visible dans le document PDF ci-dessous. Les thèmes suivants y sont développés :

Articulation des battants : basse ou haute ?

Un battant suspendu se compose de …

Les qualités d’un battant simple

Les qualités d’un battant à  chasse-navette

Plan du métier d’étude : les battants

Le métier à tisser La Navette 20

La Filière laine a fait de nombreuses recherches pour trouver les ayants droits de la revue afin de demander leur autorisation de publication, sans succès. Si un lecteur a connaissance d’un ayant droit de cette revue, la Filière laine l’invite à la contacter à l’adresse suivante : filierelaine@laines.be

2018-08-31T11:10:22+01:00La Navette, Tissage|