Une salle des fêtes habillée de laine

 

Quand un des plus grands Parcs naturels de France, relève le défi ( J ) de s’investir dans une « nouvelle » filière, cela peut déboucher sur des initiatives originales et porteuses de sens pour le territoire. Comme par exemple la rénovation d’une salle des fêtes avec la laine des moutons qui pâturent à proximité. Expérience qui a nécessité, entre autre, une étude énergétique à la fois globale et pointue.

Le territoire du Parc naturel régional de Lorraine est un territoire reconnu pour ses qualités environnementales et paysagères depuis 1974. C’est un des plus anciens Parcs naturels régionaux de France, mais aussi un des plus grands. Il s’étend sur 182 communes et 2200 km².

Le territoire est confronté à de nombreuses problématiques, comme la diminution des surfaces de prairies, le retrait des emplois agricoles, l’agriculture étant pourtant un de ses piliers économiques, ou enfin la forte dépendance énergétique du territoire. Ses consommations énergétiques entrainent parfois des difficultés financières, que ce soit pour les communes ou pour les particuliers.

Pour répondre à ces difficultés, un programme d’actions y est développé de 2015 à 2027 :

http://www.pnr-lorraine.com/fr/charte-2015-2027_175.html

Ces actions doivent relever des défis importants en termes de qualité environnementale mais aussi de développement économique et social du territoire.

C’est pourquoi le Parc naturel régional de Lorraine était très intéressé à participer au projet DEFI-Laine, projet de coopération valorisant la laine de mouton de la Grande Région. En effet, le travail autour de la laine de mouton répond à plusieurs enjeux du territoire du Parc : le maintien de l’élevage ovin et des prairies, le développement d’une économie circulaire basée sur des ressources locales, la rénovation énergétique des bâtiments.

C’est dans ce cadre que le Parc a initié une opération expérimentale d’isolation thermique et phonique à base de produits en laine locale.

Et c’est la salle des fêtes de Mandres-aux-Quatre-Tours qui a été choisie pour cette opération.

Les principaux objectifs du projet sont les suivants :

  • Développer de nouvelles technologies et produits à base de laine visant à améliorer l’efficacité énergétique et acoustique des bâtiments
  • Favoriser la réduction des consommations d’énergie, des émissions de gaz à effet de serre, et améliorer le confort des lieux (isolants naturels, qualité de l’air intérieur…)
  • Structurer une filière de proximité valorisant la laine locale et faisant appel aux compétences des entreprises du territoire
  • Créer un bâtiment exemplaire et démonstratif à vocation inter-régionale sur l’usage de laine dans l’écoconstruction. L’aspect communication est en effet fondamental pour ce projet.

+ D’INFOS :

http://www.pnr-lorraine.com/fr/interreg_204.html

Mais au fait, c’est où Mandres-aux-Quatre-Tours ?

 

Situé à mi-chemin entre Toul et Pont à Mousson, en Meurthe et Moselle, le village de Mandres aux Quatre Tours compte un peu moins de 200 habitants.

C’est une commune dynamique, située aux portes de la Forêt de la Reine. Bien évidemment, la commune est située sur le territoire du Parc naturel régional de Lorraine, avec lequel elle travaille sur de nombreux projets.

La commune de Mandres aux Quatre Tours possède une salle des fêtes construite en 1954. Celle-ci a été construite à l’époque comme une salle de spectacle (scène pour des représentations théâtrales et pour des spectacles musicaux), mais également comme une salle de cinéma avec une cabine de projection. Depuis les dernières années, cette salle est essentiellement utilisée pour des fêtes de village, de l’école et des fêtes familiales pour les habitants. Depuis 2014, la municipalité étudie la possibilité de rénover cette salle (chauffage obsolète, isolation inexistante etc.) pour lui donner une nouvelle vie.

En 2016, elle a fait établir des devis par des entreprises pour réaliser une isolation digne de ce nom et ainsi effectuer des économies d’énergie et rendre cette salle plus agréable pour des activités.

Un groupement de commande a été signé entre la Commune et le Parc naturel régional de Lorraine afin de réaliser les travaux de manière partenariale.

Quand DEFI-Laine et la Commune se rencontrent

Suite à un appel à projets du Parc naturel régional de Lorraine qui cherchait une commune volontaire pour utiliser de la laine de mouton pour isoler un bâtiment, Mandres-aux-Quatre-Tours s’est portée volontaire.

Une fois rénové, ce bâtiment aura pour vocation de devenir un exemple à l’échelle de la Grande Région sur l’utilisation de la laine en tant que matériau bio-sourcé dans l’éco-construction, dans l’objectif in fine de reproduire ce type de démarche expérimentale, qui pourra servir à d’autres propriétaires souhaitant isoler avec de la laine.

Deux études préalables ont été menées

Préalablement aux travaux qui seront réalisés dans le courant de l’année 2018, deux études ont été lancées, dès la fin 2017, avec le cabinet Terranergie.

La première étude, très complète, permet de mieux comprendre l’usage de la laine de mouton comme isolant, ses avantages, ses inconvénients, les expériences à retenir en France et en Europe. Ses conclusions doivent permettre d’accompagner les projets d’isolation de bâtiments neufs ou existants avec de la laine. Bien sûr, l’idée sera d’utiliser des laines locales pour rester dans l’esprit du projet.

L’étude est intitulée « La laine dans la construction et la rénovation du bâti ».  

Elle recense :

– des opérations de rénovation ou de construction (par exemple la Damassine, maison des vergers dans le Doubs),

– des producteurs d’isolants en laine de mouton (même si ceux-ci sont peu nombreux car nous sommes dans un environnement très concurrentiel),

– des acteurs compétents ou intéressés sur le sujet (recensement très intéressant qui nous permet de tisser des liens avec des partenaires que l’on ne connaissait pas)

– ainsi que la réglementation sur les isolants naturels (résistance au feu, établissements recevant du public, qualité de l’air) qui rendent leur utilisation très difficile dans le cadre des marchés publics (nécessité de fournir des avis techniques indépendants sur les produits de construction)

La laine est donc soumise à de nombreuses contraintes normatives, et son coût de fabrication est élevé : il faut acheter la matière, la laver, la traiter, la transporter, fabriquer et poser les isolants.

Heureusement elle a plein d’atouts : c’est un bon isolant thermique et acoustique, elle a un bon comportement hygroscopique, sa pose est facile et « confortable », et elle a des vertus dépolluantes.

En conclusion, l’étude identifie des applications de produits pour la laine en tant que produit pour le bâtiment : par exemple pour isoler des circuits hydrauliques, pour les fabricants de yourtes…

Elle met en évidence les choix techniques envisageables, les débouchés possibles pour la laine de mouton dans le bâtiment pour se protéger du froid, du chaud, du bruit, et des polluants de l’air intérieur (voir la newsletter précédente et le dossier réalisé par CELABOR sur les Composés Organiques Volatils).

Elle démontre que la valorisation de la laine dans le bâtiment n’est pas aisée au vu des contraintes réglementaires et financières, mais elle est possible avec une bonne préparation préalable des projets.

La seconde étude est une analyse thermique et phonique de la salle des fêtes de Mandres-aux-Quatre-Tours, suivie de propositions de travaux d’améliorations acoustiques et énergétiques.

Ces études sont disponibles sur simple demande auprès du Parc naturel régional de Lorraine.

Contactez Jean-Marc GAULARD au 03 83 84 25 47 / jean-marc.gaulard@pnr-lorraine.com

La volonté de recréer une filière locale à l’échelle de la Grande Region

Pour mener à bien ce projet expérimental, une filière de proximité valorisant les ressources endogènes et faisant appel aux compétences d’entreprises locales a été constituée. L’objectif étant de substituer une ressource naturelle locale à des ressources pétro-sourcées et venant de (très très) loin.

La chaine de production comprend les étapes suivantes :

  • Collecte de 4 tonnes de laine brute auprès d’un collectif d’éleveurs du Parc, rémunérées à un prix « juste », qui a été calculé par la Filière Laine en prenant en compte les coûts et contraintes des éleveurs. Et cela afin qu’ils puissent bénéficier d’une meilleure valorisation de leur laine. La collecte a été organisée en lien avec le Syndicat ovin de la Moselle. La laine provient des élevages suivants : GAEC Gall à Languimberg, GAEC de la Hoquerosse à Réchicourt-le-Château, GAEC de l’Agneau Lorrain à Foulcrey, Ferme Huberville à Barchain, ferme Cambreholz à Lorquin.
  • Lavage et traitement antimites des toisons par l’entreprise Traitex située à Verviers (B), un des derniers lavages de laines d’Europe en mesure de réaliser une telle prestation.
  • Fabrication à façon d’isolants en laine de moutons par le Cetelor, Centre technologique textile basé à Epinal. Et cela à partir de 2800 kg de laine récupérées après le lavage (rendement de 70 %).
  • Mise en œuvre et pose des matériaux d’isolation dans la salle des fêtes par un prestataire spécialisé.

Ce projet réunit de nombreux partenaires, indispensables, dont le Cetelor et le Syndicat ovin de Moselle.

Focus sur le Cetelor

Le Cetelor (Centre d’essais textile lorrain) a été retenu pour fabriquer les panneaux qui isoleront les murs de la salle des fêtes de Mandres-aux-Quatre-Tours. Il est chargé de transformer la laine (déjà lavée et traitée, par Traitex, contre la propagation du feu … et des mites !!) en panneaux isolants.

Le Cetelor peut réaliser des prototypes, pré-séries ou petites productions, et caractériser les produits réalisés (performance thermique, absorption d’eau…).

C’est l’un des trois centres techniques du campus Fibres d’Epinal. Il dépend de l’université de Lorraine et dispose d’outils de fabrication et de caractérisation, et des compétences pour le développement de solutions, notamment pour le bâtiment.

Le Cetelor peut accompagner les entreprises de la filière textile de différentes manières. C’est tout d’abord un laboratoire, capable de mesurer et de caractériser les produits textiles et para-textiles dans de nombreux domaines (vêtement, ameublement, industries automobile ou de la construction…). Le Cetelor travaille aussi sur des projets de recherche & développement sur les textiles à usage technique et les matériaux composites. Enfin, il participe à des projets de recherche, notamment en microbiologie et sur les fibres végétales.

http://Cetelor.univ-lorraine.fr/

Focus sur le Syndicat Ovin de Moselle

Le Syndicat Ovin de la Moselle a joué un rôle de communication auprès de ses adhérents autour du projet DEFI-Laine et de « regroupeur » de la laine.

Six tonnes de laine brute ont ainsi pu être collectées auprès d’éleveurs ovins du pays des Etangs, terre d’élevage et notamment d’élevage ovin.

A noter également qu’un reportage a été tourné par France 3 Grand Est dans le cadre de la semaine de l’Europe. Le reportage parle de cette action originale mais plus généralement du projet de coopération DEFI-Laine : https://www.youtube.com/watch?v=FH6JtGWWG8w

Le Syndicat représente les éleveurs de mouton du département de la Moselle, il défend leurs intérêts et fait la promotion de cette filière. Il assure aussi un accompagnement technique, en lien avec la Chambre Départementale d’Agriculture.

Le public pourra d’ailleurs découvrir l’élevage ovin dans toutes ses dimensions (et le projet DEFI-Laine) lors du salon Agrimax qui aura lieu du 24 au 26 octobre 2018 au Parc des Expositions de Metz Métropole.

+ D’INFOS :https://syndicatovin57.wordpress.com/ 

Un premier bilan et des perspectives

Tout d’abord, il faut remercier les partenaires publics qui ont permis le financement de cette expérimentation qui n’aurait pas pu voir le jour sans eux : Union européenne via DEFI-Laine, Région Grand Est, département de Meurthe et Moselle, Etat français, mairie.

Les études préalables ont pu être menées, et une première Commune volontaire a pu être trouvée afin de concrétiser le projet. En parallèle, la rencontre avec les partenaires techniques et financiers a permis de communiquer sur le projet, d’expliquer cette démarche un peu nouvelle pour tout le monde, et de convaincre de son utilité.

Pour cette fin d’année 2018, les travaux de rénovation de la salle des fêtes vont démarrer.

Pour l’année 2019, le Parc naturel régional de Lorraine cherchera à reproduire cette expérience en tirant les conclusions positives et négatives de ce premier exemple.

L’objectif sera de renouveler cette expérience sur un autre bâtiment sur le secteur Est du Parc, idéalement au plus près des terres principales d’élevage ovin.

Et pourquoi pas, ensuite, d’autres bâtiments publics et privés à isoler en laine de mouton ? Une bonne occasion de dynamiser l’économie locale, avec des matériaux sains pour tout le monde : celui qui le pose, l’usager du bâtiment et l’environnement.

Avis aux amateurs.

Et si vous aussi, vous utilisiez la laine ?

Tout d’abord rappelons que la laine est une matière naturelle et renouvelable, et qu’elle possède des propriétés intéressantes pour un usage dans le bâtiment : isolation thermique (froid ET chaud) et phonique, résistance au feu, gestion de l’hygrométrie et amélioration de la qualité de l’air intérieur….

La laine de mouton est une ressource naturelle de nos territoires et renouvelable chaque année sur le dos des moutons.

Voici les avantages et inconvénients à prendre en compte dans votre projet d’isolation ou rénovation en laine de mouton.

AVANTAGES INCONVENIENTS
Absorbe l’humidité Peut parfois dégager une légère odeur pendant quelques semaines ou mois
Bon isolant acoustique et thermique Ne convient pas en milieu humide
Insensible aux rongeurs Nécessite un traitement antimite
Bonne tenue au feu Coût supérieur aux autres isolants

 

La laine peut se présenter en rouleau (pour les combles, parois…), en panneau (pour les sous-planchers…) ou en vrac (pour les combles et les vides). Les rouleaux et panneaux contiennent de 80 à 90% de laine et 10 à 20% de fibres polyester qui facilitent la tenue.

Il existe différentes marques de produits en laine.

La fabrication « maison » d’un isolant vrac à base de laine lavée et traitée anti-mites est possible et relativement simple à mettre en œuvre.

Jean-Marc-Gaulard, pour le Parc naturel régional de Lorraine.

FOTOS :

Marion Colnet / PNRL : les moutons de Monsieur ERMANN à Réchicourt-le-Château